Entreprise citoyenne pour l'accès de tous aux services essentiels

Ext Ilot K 155 Tevragh Zeina ( A côté de la Case) Nouakchott/Mauritanie

cds@cds.mr

CDS – “l’entreprise citoyenne pour l’accès de tous aux services essentiels”

0 Comments

CDS, n’est pas seulement une PME mauritanienne qui fournit de l’eau et de l’électricité solaire aux habitants des régions rurales.
Depuis les années 1980, cette entreprise familiale spécialisée au départ dans le secteur du bâtiment et des travaux publics,
souhaite à présent renforcer son positionnement de leader en matière d’énergies renouvelables. Son atout? Un jeune patron
dynamique qui est aussi son meilleur porte-parole.PORTFOLIO DE JOAN BARDELETTI/PICTURETANK Pendant ses études à l’Ecole d’Ingénieurs Sup’Méca de Paris, Sidi Khalifou est volontaire à Ingénieurs Sans Frontières. Diplôme d’ingénieur en poche, il rentre en Mauritanie en 1994 où il travaille pour des projets non-gouvernementaux en hydraulique villageoise et en énergies renouvelables. Il a tout d’abord créé et dirigé un bureau d’étude (ECO-Qualité) et une ONG (Ecodev), tous deux reconnus comme acteurs majeurs du développement
en Mauritanie. En 1999, il rejoint CDS, l’entreprise familiale de travaux publics dont il prend la direction en 2007, il l’oriente vers les activités Eau et Energie.

Ses prestations : fournitures d’équipements adaptés dans les domaines de l’eau et de l’énergie, travaux d’adduction d’eau potable, de mini-centrales solaires et/ou éoliennes, concession, délégation de gestion et maintenance de services publics d’eau et d’électricité. CDS est une société anonyme de droit mauritanien avec 5 actionnaires dont 3 entreprises : I & P (investisseur et partenaire français), Lundin For Africa (Fondation canadienne) et INMA (groupe mauritanien) avec un capital de 76 millions
d’Ouguiyas. CDS se veut avant tout une entreprise citoyenne qui œuvre pour un accès de tous les mauritaniens aux services d’eau et électricité, particulièrement les plus pauvres et les plus isolés du pays ». 22 boutiques énergie CDS proposent une source d’électricité dans des zones rurales
qui en étaient dépourvues. Alimentées par des panneaux solaires, elles permettent de charger des portables, alimenter un réfrigérateur et une ampoule. En un an ce sont ainsi plus de 230.000 téléphones chargés, soit 1.300 heures de conversations, critiques pour maintenir les liens sociaux
et avoir des opportunités de travail. 10 postes frontières reculés sont alimentés en électricité via des panneaux solaires CDS. Cela a notamment permis d’améliorer les conditions de vie des douaniers et d’informatiser le suivi des passages de frontière, élément critique dans cette zone sahélienne considérée comme critique pour la lutte contre le terrorisme. 1.000 familles ont accès à l’eau potable grâce aux pompes installées 7 et alimentées par CDS.

UN INTER A VENIR
En Mauritanie seul 50% des foyers ont ce privilège. Auparavant les femmes passaient en moyenne 2h par jour à aller chercher de l’eau. Et c’était le poids de 28 éléphants en seaux d’eau que portaient chaque jour ces 1.000 femmes. L’eau disponible permet le développement de nouvelles activités.
Une association de femmes a construit et exploite quatre jardins maraîchers. En vendant leurs légumes elles génèrent près 6.000 euros de revenus par an (le revenu moyen disponible en Mauritanie est d’environ 2 euros par jour). Des briqueteries se sont aussi développées, créant environ 10 emplois dans les villages avec un nouveau point d’eau. CDS emploie des salariés issus de toutes les ethnies mauritaniennes, alors que la majorité de
la population est arabo-berbère.


UN INTER A VENIR
En outre cette PME emploie 2 femmes. Difficile à recruter car souvent peu formées, les femmes ne sont que 30% à avoir un emploi formel en Mauritanie. CDS travaille avec 16 fournisseurs locaux. Avec une offre haut de gamme, proposant étude et conseil, la société ne fait pas de concurrence aux quincaillers, traditionnels vendeurs de panneaux solaires. Avec une démarche qualité, CDS valorise les énergies renouvelables, ce qui n’est pas toujours le cas des autres acteurs : un village avait payé 20.000 euros à un
quincailler pour une installation solaire inadaptée! Une mésaventure qui n’est prête de se reproduire maintenant que CDS veille. 1900 signes manquant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *